Questions orales sans débats du lundi 28 juin 2021

28-06-2021-M-016

L’Assemblée nationale, en sa séance plénière du lundi 28 juin 2021,
sous la présidence de l’Honorable Cheikh Ahmed BAYA, président de ladite institution a discuté sur deux questions orales posées par les Députés dont une par le député Mohamed Bouya Cheikh Mohamed Vadhel au ministre des Finances monsieur Mohamed Lemine ould Dehby ; une question orale posée par le député Amadou Yéro Bary au ministre de l’Education nationale et de la Réforme du système éducatif, monsieur MOHAMED MELAININE OULD EYIH,
Question du député Mohamed Bouya Cheikh Mohamed Vadhel au ministre des Finances Objet : Question orale
Compte tenu du rôle central dévolu au ministère des Finances, en sa qualité d’ordonnateur des ressources publiques et représentant l’Etat à cet effet, pouvez-vous monsieur le ministre en réponse à nos interrogations nous édifier sur les points suivants :
1. La transparence dans la gestion des fonds et comptes spéciaux ;
2. L’équité et l’égalité de traitement au niveau du recouvrement en matière douanière et fiscale ;
3. L’équité sur le plan de l’emploi dans le secteur des finances ;
4. L’équité et l’égalité de traitement au niveau des relations avec les citoyens ;
5. L’équité dans le remboursement des créances internes ;
6. Le niveau de l’endettement extérieur et le montant non remboursé après l’échéance de 2019 ?
Question du député Amadou Yéro Bary au ministre de l’Education nationale et de la Réforme du système éducatif
Monsieur le ministre,
J’ai l’honneur, à l’occasion de votre présence à l’Assemblée nationale pour répondre à notre invitation de vous adresser cette question orale.
Les prestataires de service de l’enseignement se répartissent comme vous le savez, en trois catégories :
1. Une catégorie dont l’âge est en dessous de 40 ans ;
2. Une deuxième catégorie dont l’âge dépasse les 40 ans mais qui n’est pas encore parvenue à l’âge de la retraite ;
3. Une catégorie arrivée à l’âge de la retraite.
Ces trois catégories ont contribué à servir l’enseignement pour une période allant d’une année à 10 ans.
Puis, subitement, leurs contrats ont été résiliés sans préavis et contrairement au droit. Question : Dès lors que vous êtes venu pour la réforme de l’enseignement, qu’avez-vous à présenter à cette génération de mauritaniens qui ont servi le secteur de l’Education tout au long de cette période, sachant qu’il s’agit de pères et de mères de familles qui n’ont pas d’autres sources de revenus ?